Sophie January 17, 2018

Le problème des gros compte en banques français

Les rapports des français à l’argent ont toujours été conflictuels, compliqués. Les riches sont mal vus, les riches sont pointés du doigt. Le patronat est critiqué, le patronat est déploré, traité de terroristes, insultés, traînés dans la boue, on lui déchire la chemise, à l’instar de patron d’Air France ou d’autres. La richesse, les gros comptes en banques sont mal vus, sont mals connotés. Et pourtant, ce sont eux qui créent les richesses, ce sont les grands patrons qui créent les emplois, et plus il y a de riches, moins il y a de pauvres. Cela paraît assez stupide énoncé de la sorte, mais ceci est vrai. En effet, la richesse entraîne la richesse, et le capital entraîne le capital. Car un capital ne fructifie pas tout seul. Il a besoin pour fonctionner que le capital de son voisin fructifie aussi, afin de pouvoir bénéficier de ses retombées, et vice versa. C’est la théorie classique, et néoclassique également, issue de la main invisible. Prenons pour mieux illustrer tout ceci la métaphore du jardin. Deux voisins vont cultiver leur propres jardins, avec leurs propres plantes radicalement différentes. Mais un des deux voisins, va par exemple arracher des mauvaises herbes, dont les racines sont présente dans son jardin, et qui auraient pu contaminer le jardin de l’autre. Des abeilles vont ensuite butiner dans le jardin du premier voisin, pour apporter le pistil nécessaire à la floraison dans le jardin du second. Ainsi, sans le vouloir, en cultivant son propre jardin, on aide et contribue au bien être du jardin d’un autre. Ainsi, pourquoi en vouloir à l’argent ? Pourquoi en vouloir aux riches qui font fleurir de nombreux jardins et qui permettent surtout à des employés de subsister, de faire vivre leur familles ?

Et bien pour expliquer ce phénomène, il faut comprendre cette civilisation qu’est la France et les français. Haroun, un humoriste ironisait sur ce terreau de français qui les rendait si haineux. Il disait, prenez un fond de gaulois, ajoutez y deux millénaires de guerres, de violences. Ensuite, ajoutez encore des maghrébins, des portugais, des italiens et des polonais, bref, tous les peuples les moins féodales de la terre, et vous avez une bonne vision de la société française. Et bien en quelque sorte, il a raison. En effet, l’histoire de France est très particulière. Nous sommes une civilisation, hétéroclyte, multiculturelle, et violente. Les français se sont toujours inféodés, coupant la tête de leur roi, exilant leur empereur. Nous sommes également le pays de communistes, de socialiste, de gens et de penseurs de gauches. Mai 68 nous l’a prouvé, la constitution d’un véritable patronat qui d’une voix porterait l’économie vers une promesse de prospérité est quasiment impossible. Car nous n’aimons pas le patronat, nous n’aimons pas les gens de pouvoir, nous n’aimons pas ceux qui ordonnent.

Et c’est pourquoi la France a un problème avec l’argent, et avec ceux qui le possède. Car l’argent est le pouvoir, et une arme puissante aujourd’hui, dans notre société capitaliste et globalisée.

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*